18/08/2005

 La fin d'une Histoire

Avis de décès

La famille des Essart

Jean des Essart        son père

Hélène des Essart        sa mère

Philippe des Essart        son frère

 

Le marquis de Carrabac      son oncle, sa tante

Et son épouse

 

Ont le regret de vous faire part du décès de mademoiselle

 

Elise des Essart

Dans le cours de sa vingt-septième année, des suites d'une maladie foudroyante.

 

Les funérailles se sont déroulés dans l'intimité, le présent avis tient lieu de faire-part.

 

Priez pour le repos de son âme


12:51 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

03/08/2005

Ma tendresse


 
Genève, 3 août.
 
Ma belle Elise
 
Ma Lise...
Que mon retour fut difficile. M'éloigner une fois encore de vous, une fois de trop...
avec tous ces souvenirs épidermiques, et ces baisers qui restent au bord de mes lèvres...
Notre escapade Londonienne reste un souvenir d'extase unique.
 
La vie nous impose des choix difficiles, Elise.
 
J'ai donc pris la route vers Geneve après avoir quitté vos bras. Charles m'y attendait pour les préparatifs de nos fiançailles. C'est un homme délicat, raffiné et dévoué.
 
C'est difficile Elise...
 
C'est dans vos bras que je vibre
et c'est avec Charles que je vais vivre
 
Nous nous fiançons samedi. Réception privée à Montreux au bord du Lac Léman.
Dans six mois nous serons mariés, le 12 février ....
 
Elise, ma tendre, fleur de mes pensées
A jamais je lie mon coeur au votre
 
Rose.
 
 


10:19 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/07/2005

Son départ

ROSE S'EST VUE OBLIGEE DE RENTRER CHEZ ELLE, ELISE A CE GOUT APRE DANS LA BOUCHE, LA BOUCHE A LAQUELLE DES BAISERS SE PERDIRENT.....ELISE SE SOUVIENT DES DEJEUNERS.....EN PARTICULIER.....DE SI BONS MOMENTS.....QUE NOUS PASSIONS NUES MA ROSE.....
Oui, je me souviens....des essayages pas si sages, de vos caresses en me déshabillant......
vous êtes partie...
et moi seule ici, les gouttes de pluie claquent contre ces vitres....
ces vitres même où vous m'avez pressées entre votre corps et le mien......répondez-moi, répondez-moi........
nous ne pouvons rester l'une sans l'autre.....

19:21 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

10/07/2005

Londres

London, 3 juillet
Le temps était assez maussade et le séjour ne devait pas être de longue durée, tout au plus quatre jours. 
 Appel téléphonique:




- ELISE.....c'est moi, Rose, je suis à Londres
- ROSE!!!!!....Je n’osais croire que vous alliez venir, j’attendais
- Je sais, je dois vous avouer que j'ai hésité à venir, mes fiançailles étant proches... mais je n’ai pu résister… Je voulais vous revoir
- Le ciel se couvre ici, venez à moi Rose…venez prendre un thé près de moi, venez vous réchauffer....
- ...Oui, je vous rejoins à l'hôtel. Le taxi m'attend en bas.
 
Une demi heure plus tard, non loin de la cathedrale Saint Paul, dans une chambre feutrée, Elise tira les tentures … .Un regard suffit pour que les jeunes femmes se prennent dans les bras l’une de l’autre, et dans l'oreille quelques chuchotements:
 
- M’enfin Rose vous êtes certaine de vouloir l’épouser ?
- Il le faut …
- Pourquoi ?
 
Soudain Rose embrassa Elise comme jamais elle ne l’avait encore fait, dépassant toute les imaginations d'Elise. La pluie commença à tomber, Elise se laissa choir sur le canapé…………où Rose la rejoint. Etreintes denses...bouches offertes...caresses secrètes... et plaisirs intenses.
 


Les attentats du jeudi 7 juillet, paralysant la ville, ont retardé le départ de Rose.
Rose est toujours actuellement auprès d'Elise, dans une chambre feutrée d'un grand hôtel londonien.
 
 





18:47 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

01/07/2005

Entre Paris et Londres

Ma tendre Elise
 
Me voilà embarquée sur le bateau qui m'amène à vous.
quitter la France pour l'Angleterre...
 
Je vous écris du pont.
le vent balaie mes cheveux et je vois les côtes anglaises se raprocher
mon coeur bat si vite...
 
Elise j'ai hate de vous revoir
J'ai pris dans mes bagages, des dentelles, et cette soie de Maritza.... embaumée de nos parfums intimes, de nos délices secrets.
 
Demain à 10H, la France sera loin, et vous tout près de moi, si près que nous ne ferons plus qu'une......quand nos soupirs se meleront, quand nos lèvres se froleront et que glisseront sur le sol les crinollines et mes jarretelles...
 
Elise, je vous aime
 
Rose
 
 
 


20:20 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

29/06/2005

Rendez-vous, Rendez-moi

"NOUS Y SERONS.....NOUS NOUS TISSERONS;....DES EBATS...SANS FROID......NOUS RETENIR Là............"voilà vos paroles quand j'ai osé vous téléphoner ce soir....ma voix fût timide entre deux soupirs.....accrochée à des silences, je sais ce qu'ils sont pour nous...que va-t-il réellement se passer ce jour? ......à très vite......

21:17 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/06/2005

à Elise, mon amour


 
Chère Elise,
 
je viendrai vous rejoindre à Londres
Bien sur je me souviens de tous nos instants.
je ne pourrais oublier nos roulades dans ce champs de campagne, nos corps effleurant l'herbe tendre quand cueillaientt vos lèvres un bouton de rose
 
je viendrai vous rejoindre au bord de la Tamise
promener le long des docks, parcourir la National Gallery...et vous rejoindre encore ma mie, encore et encore
 
gouter encore à votre amour
laisser glisser ma timidité comme ma robe sur le sol
dénuder mes désir comme mon corps offert à vous
 
et me laisser parcourir par vos mains si douces
Elise
Elise
avant mes fiançailles, nous retrouverons, je vous assure
 
attendez moi samedi à 10H, heure de Londres, en face de la cathedrale Saint Paul.
 
Rose
 
 
 
 
 

21:33 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/06/2005

UNION

chère ROSE..............,je crois que vous pourrez trouver le bonheur à travers cette union, je me souviens d'une date aussi......il n'y a pas bien longtemps.....vous étiez là, déjà présente dans la foule....avec votre robe transparente.....cette chaleur accablante....je me souviens, oui ............ici, je suis à Londres chez ma tante qui avait besoin de moi....je me promène longuement dans des endroits verts...à me rouler par terre en lisant "mort sur le nil"...........notre petite mort vient-elle vous prendre en exil?je soupire........venez me rejoindre ici à Londres pour un moment..avant les fiançailles........nous irons nous ....enfin.........nous ne pouvons pas oublier tout ce luxe dans la soie, ses tendres émois, ses balancements continus......et cette histoire dans les champs......je caresse le vent.....venez.........venez......ELISE..........Oeuvre d'Egon Schiele

10:47 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/06/2005

Fiançailles


 
Ma chère amie, Elise,
 
Je suis de retour du Pont d'Oye.
Mon séjour dans cet écrin de verdure m'a fait le plus grand bien.
 
Charles m'a demandé ma main.
 
nous nous fiançons dans un mois.
 
j'espere vous revoir au plus vite.
 
Votre Rose

23:30 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

21/06/2005

de l'autre côté

je sais que j'aime......mais j'ai peur...je me suis éloignée définitivement de mon chez moi.....sans le côté sensuel....j'écris.....ma vie chamboulée je ne sais où je naîs....je ne sais,je ne sais....des caresses mordorées au milieu de ce jour d'été..je ne te dis où je suis cachée avec mes êtres aimés........je ne sais si je te reverrai un jour, .....tout est trop lourd, je reste un moment de l'autre côté, mais je t'écrirai, comme au temps des favorites mais ma vie me résiste, je ne ferai plus l'amour à "Marie" c'est un péché infini.............ELISE/ cliché: DADOU "pudeur"

18:21 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/06/2005

a ma mie

Ma chère amie,
 
ma douce et tendre.
puisque les dessous sont tutoiements... permettez-moi de vous dire "tu", également.
 
ces derniers temps j'ai bien ressentis tes doutes, ton éloignements dans la peur, cette croyance en l'irréel de notre amour.
que nous reste t  il si ce n'est nos souvenirs, quelques parfums qui s'évaporent sur notre peau, un gout sucré de baiser qui s'amenuise à mesure que le temps passe et que se creuse notre absence mutuelle.
 
bien des fois je suis retournée à mon appartement de Montaigne, après nos nuit d'ébat, dans une extrême solitude quand pointait le jour...
 
peut être sonne le glas de notre amour.
 
je ne sais.
 
je suis si fatiguée, mon amour....
si lasse....
lasse de nos aller et retour
lasse
 
ne m'en veuillez pas si je prends un peu de recul
 
Léa d'Apremont Linden, mon amie que je vous avais présentée un soir chez moi, m'invite quelques jours à son domaine du Pont d'Oye....
J'y pars Elise
pour me retrouver avec moi même
 
laissez moi du temps, Elise, mon Elise...
 
Tendrement,
 
Rose-Lyne la Ruoma d'Esserac
 
 


21:38 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

JE TE DIS TU

Chère ROSE,même si ce fût mon consentement te dire "vous", je ressens le besoin de te dire "tu"les choses sont si difficiles en ce moment.....je crains de devoir m'éloigner encore quelques temps, je m'en veux, je ne sais plus me regarder, je n'ose plus me regarder.....suis-je si coupable? j'ai peur, je voudrais vivre près de la mer, là on se laisse dans les écumes, je doute de mes sentiments.??je ne sais plus si j'aurai le courage de te revoir, je sens notre histoire si irréelle....si artificielle...redonne-moi l'autre bout de moi...débris de rêve.....mon âme se fêle......à bientôt chère Rose...ELISE

20:39 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

12/06/2005

A Elise, porteuse d'extase sensuelle

Ma chere elise

 

J’aime tant quand vous me reclamez

Et entendre votre voix qui traine

Pour m’attirer dans vos dentelles

 

Je vous rejoins ma belle

Pour une danse sensuelle

 

Vous m’invitez….sous vous…..vous m’enlacez

De vos doigts de fée

Et je decouvre avec délicatesse

La courbure de vos fesses

 

Glisser dans les profondeur de l’amer

Et gouter l’écume

D’une vague montante

 

Et rejoindre ensuite les reliefs

De la courbure de vos seins offerts

Et parcourir vos hanches

Et roulez ensemble au bas du sofa

 

Elise !

 

 

Votre Rose


15:55 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/06/2005

LETTRE PRIVEE POUR ROSE

ALLONGEE SUR LE SOFA....REPONDEZ-MOI...REPONDEZ-MOI...CETTE LETTRE ENTRE VOS DOIGTS...ENTRE VOS DOIGTS....REJOIGNEZ-MOI....REJOIGNEZ-MOI....LE TEMPS SE PASSE ET TANT ME LASSE...ENTRE LES DENTELLES ET LES TAFFETAS...VENEZ SOUS MOI...VENEZ SOUS MOI....

20:33 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/06/2005

ELISE en nous

CHERE ROSE, je suis partie loin, de tout, mais pas de nous, j'ai eu besoin de me ressourcer..de me souvenir seule de nos baisers...j'ai peins nos étreintes...nos empreintes..., je suis toujours là..seule pour quelques temps....je vous attends....je vous attends..dans mon antre ...Rose tout est rose dans ma vie....bouquet de fanage...pas si sage que je vous lis.....je vous aime en survie...."JE ME SOUVIENS DE VOS SOUPIRS, JE ME SOUVIENS DE CE QUE JE VOUS AI FAIS, JE ME SOUVIENS DE CES CHAMPS A BOIRE NOS ELIXIRS, JE SENS ENCORE CETTE SOIE DECHIREE, CES MOMENTS ET CE PARFUM DE VOUS QUE J'AI GARDE, ROSE , JE M'EN VAIS ME COUCHER, FERMET LES YEUX DANS CETTE IMMMENSITE, DANS CETTE DOUCE HUMIDITE"

21:28 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

31/05/2005

en provenance de Maritza


 
Chère Elise, ma mie
 
Je vous écris cette carte postale de Maritza
où je me suis évadée pour quelques jours
attendant votre retour
humant là bas le souvenir de quelques parfums
que nous avons échangés ensemble
 
à Maritza, mon coeur nostalgique vous attends
Elise, mon Elise...
 
Votre tendre Rose

22:15 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

17/05/2005

A Elise mon coeur

Ma tendre Elise,

 

Une lettre de vous et ma vie s'éclaire enfin.

 

Si vous saviez comme ces jours sont mornes à présent.  

 

Je suis seule dans mon appartement et je me languis de ces beaux instants passés ensemble.  

 

 Comme votre bouche me manque!

 

Je vous revois nue sur le sofa dans notre hôtel... Je repense à votre taille de guêpe, à vos yeux de braise. O Elise, comme votre présence me fait défaut en ces jours de mai.  

 

Mon Elise, comme j'ai hâte de sentir à nouveau votre peau contre la mienne 

 

 

Les lumières feutrées seront bientôt à nous pour nous accorder d'autres étreintes sensuelles. 

 

Avec toute ma tendresse et mon amour

 

 

Rose-Lyne la Ruoma d'Esserac
 
 

22:26 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

09/05/2005

LA réponse / ROSE

Chère Rose,................. vous m'avez conquise ......chère Rose, cette journée intimiste fut la plus sensuelle de toute mes vies!........ces moments feutrés, vos caresses sous la table, ces baisers comme du sable,qui restent sur la peau après le bain du soir;......Rose dans ce restaurant derrière les colonnes quand nos corps s'abandonnent avec le vin et les cloches qui sonnent;;;;vous savez de quoi je parle, vous ne pouvez oublier mes bas déchirés;;. cet hôtel où tout était si pur, blanc, les fenêtres ouvertes sur cette place où au loin la mer dégage ses bruits refoulés, je n'ai pu m'empêcher de crier dans les plaisirs toujours trop courts, mais l'amour dit-on c'est pour toujours enfin, quand le soir autour des candélabres, vos courbes s'offraient nomades, moi j'ai appris à dévaler je le confesse entre vos membres et à vos fesses: une découverte charnelle, je vous le dis, votre odeur m'ennivre detoutes envies.........Nous nous reverrons en été..ELISE 

08:44 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/05/2005

A ELISE, mon amante

Ma chère et tendre Elise,

 

Votre baiser dans la voiture, sous le regard discret de mon chauffeur, m’a étourdie complètement. Son goût sucré reste comme un souvenir indélébile sur le bout de mes lèvres.

 

Elise, vous si belle dans le salon de beauté, presque nue sous la serviette de bain, allongée sur la table de massage, vous assoupissant sous les mains expertes de cette jeune masseuse de l’institut…

 

Elise, deviner votre silhouette se détacher dans les vapeurs humides du hammam…

 

Elise, Elise, Elise…

 

Elise, vous observer au travers le reflet du miroir lorsque la coiffeuse vous mis en beauté, échanger nos sourires complices d’amantes amoureuses en se réjouissant de nous embrasser encore et encore.

 

Partir ensembles ensuite nous restaurer dans ce grand restaurant italien…. Savourer ce vin rosé ensemble à l’ombre d’ el jardini… Sentir votre pied délicat, quittant son escarpin pour caresser ma jambe et la remonter jusqu’à….. ce que je ferme les yeux trop troublée.

 

L’envie de vous, d’embrasser votre corps tout entier m’emporta loin lors de notre diner en tête à tête, bien loin de ce plat délicieux que nous dégustions lentement.

 

Nous étions si loin de tout que nous nous sommes empressées de rejoindre l’hôtel dans lequel nous avions réservé une suite pour  nous aimer à l’ombre feutrée des lampes tamisées.

 

Faire l’amour ensemble.

 

En harmonie, comme deux instruments de musique peuvent s’accorder ensemble. Nous : ma plus belle mélodie. Vous caresser, en vibration, vous embrasser avec passion, rouler ensemble jusque sur le sol, peu contre peau, seins contre seins, et jouir ensemble dans un long soupir.

 

Je vous aime.

 

Rose.

 


15:45 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/05/2005

l'eau à la bouche ROSE

c'est avec une sensuelle joie....que je vous avoue l'émoi...qui me traverse...qui me submerge....je viendrai avec vous...je viendrai dans le flou...des milliers de caresses....je prépare des textes...qui vous seront divulgués....ici aussi, vous les lirez....des baisers de mystère....des visites dans le sanctuaire.....on dit que tous les mots sont les même quand on aime, nos rendez-vous sont dejà des souvenirs, des matins de soupirs les lendemains d'eau à la bouche, des vents trop forts me poussent à nous, et à ce jour, je vous attend, ....je déchire le temps...ELISE

19:39 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

03/05/2005

A Elise la réelle

Chère Elise

 

Je lis votre mot à l’ombre d’un arbre, dans le jardin… cette chaleur nouvelle en ce mois de mai est comme une caresse apaisante.

 

Vous essayez de vivre sans que rien ne paraisse de votre amour pour moi, ce feu qui vous brûle de l’intérieur…. Ho comme je connais cela….

 

Ho Elise, en cette nuit à Maritza, vous étiez bien réelle… Vos mots chuchotés à mon oreille, vos caresses délicates…. Vous étiez bien réelle… Et votre extase, ne me faites pas croire qu’elle était simulée. Ho Elise non !

 

Notre amour à Maritza fut bien plus qu’une histoire…

 

Samedi je me rends au salon de beauté et j’en profiterai pour faire appel à une coiffeuse… comme une envie de mise en lumière… Me rejoindrai vous à l’institut d’esthétique ?

 

Si vous désirez profitez avec moi de ce temps pour prendre soin de vous, j’ordonnerai à mon chauffeur de vous attendre au bas de votre appartement, comme lorsque vous m’avez rejointe pour partir à la Villa Maritza.

 

Au plaisir de vous revoir, ma tendre amie.

 

Rose


19:18 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

29/04/2005

ROSE

Je viens de recevoir vos mots.....ici, tout est vide....je suis translucide, je ne vis plus que la nuit, la nuit où j'écris.....où je peins aussi.....j'essaye de vivre sans que rien ne paraisse, n'apparaisse de cette histoire irréelle....;car c'est une histoire ;;;;;oui.......les gens que j'aperçois me font penser à vous....des regards furtifs,....des impressions......pour alléger mes pensées.je lis le choc amoureux de Francesco Alberoni, il parle d'une porte entr'ouverte, d'un peut-être.......d'un amour violent dans l'âme, le nôtre me condamne à rêver........rien ne sera possible dans la réalité et je dois avouer que cela m'incite à..........Aurevoir chère Rose, je vous envois des moments sensuels et des jours pour nous voir.....bientôt...........ELISE

13:17 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/04/2005

Le tour de vous

Rose-Lyne la Ruoma d’Esserac

Avenue Montaigne, 7

7108 Paris.

 

 

 

Elise, ma mie,

 

         Vous voilà loin de moi, loin d'ici…

         Le ciel semble las et les jours sont interminables.

 

         Que vous m’appeliez « ma rose » m’émeut au plus profond du cœur, ineffable. Et ce simple nom de fleur, prononcé de vos lèvres divines, est comme une chanson lyrique qui résonne en émotions.

 

            De moi, vous avez fait le tour du monde. De  vous, j’ai découvert un continent magnifique, merveilleux de sensualité et de mystère…

 

         La Villa Maritza est à présent vide sans vous, sans nous. Pourrais-je jamais oublier cette nuit merveilleuse que nous avons goûtée ensemble, lentement, avec tant de plaisir ? Non, je ne le pense pas, je ne le voudrais pas.

 

         Vous étiez si belle…si femme, mon Elise.

 

         Je revois sous mes paupières closes, le beau jardin de la Villa Maritza, ses cerisiers japonais en fleurs, seuls témoins muets de nos secrètes promenades amoureuses… quel trouble  fut notre premier baiser si désiré de nous !

 

          Parfois dans le noir, je rêves à nos caresses passées…passées. A votre bouche enflammée avide de nos siestes. Les draps de soie de la Villa Maritza sont redevenus froids. Vous me semblez si loin à présent, trop loin !

 

Comme je comprends vos sentiments amers de tristesse…cette même tristesse qui me rejoint chaque soir depuis cette nuit à Maritza…. Cette nuit magique où votre peau frémissante caressa la mienne, où votre souffle se mêla à mes boucles, où vos cheveux soyeux caressèrent mes cuisses lorsque votre tête se perdait entre elles……Elise !

 

Ma tendre amie, j'aimerais tant avec vous marcher le long du bord de mer et caresser à nouveau votre peau parfumée, vivre d'autres étreintes  ou simplement sur mes seins sentir votre corps se lover.

 

         Jamais avant cette nuit là à la Villa Maritza, je n'avais ressenti de telles choses. Jamais un tel feu ne m'avait habité. Avec vous, je découvre de nouvelles contrées, empreintes de mystères et d’attractions, des contrées dangereuses, mais si exaltantes !……Vous, triangle des Bermudes où je me perds…. Quel bonheur que vous m’ayez accompagnée à Maritza !

 

De retour à Montaigne, mon désir me ramène à vous, vous et rien que vous ! A vous, la fleur de mes pensées...

 

A très vite, je l’espère. Peut être pourrions nous faire ces clichés avec l’appareil photographique que vous a offert de cet artiste pour vous laisser aller à vos instants ?…

 

Laissez moi terminer cette lettre en vous disant que je vous aime.

 

Votre Rose.

 



20:02 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

21/04/2005

MA ROSE

puis-je vous appeller ainsi? j'ai sur le bout des lèvres, ce baiser qui ne veut s'en aller, c'est comme une sève, une fièvre......comme une tristesse douce amère qui ne me fait plus de mal mais qui me donne cette impression inévitable que vous êtes loin.....vous revoir sans cesse, sans trêves, mon coeur est meurtri....mon corps s'ennuie....lâché dans mes draps, ici, le soir, le matin.....plus l'impression de vivre là.....ce baiser chaud, doux....que je n'ose expliquer..en vous j'ai fais le tour du monde.............ELISE

09:03 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

18/04/2005

A Elise, ma mie...

Chère Elise,

 

 

Qui aurait pu penser, ce jour là, à la Villa Maritza, que nous nous serions retrouvées bouche contre bouche ? Personne !… pas même moi.

 

Vous étiez sobre, jolie, coquette, sans complexité inutile. Vous portiez un mélange de parfums entêtants et subtils, suscitant un désir encore anonyme, un attrait poignant et confus…

 

Mes yeux brillaient d’une couleur qui s’obtient du juste mélange du rouge et du bleu. Comme s’il y avait en moi un équilibre libre et passionné entre l’esprit et les sens, entre le désordre amoureux et une sorte de sagesse réservée. Ou encore que cette teinte était le reflet affirmé avec un peu de froideur, d’une longue élaboration, d’une distillation intime, où toutes les contradictions sont résolues, et en laquelle s’accomplit l’invisible mystère de mes subtiles sensations.

 

Qui aurait pu imaginer, cette nuit là, vous et moi, plongées dans la soie des draps de la Villa Maritza ? Personne !…pas même vous.

 

Dans l’espace de la chambre feutrée, tout devint vibrations, allégresses, impatiences. Des immersions dans les jupons serrés des demoiselles discrètes, indiscrètes, secrètes et ardentes qui se cherchent, se donnent et s’épuisent. Amours clandestines enveloppées dans l’ombre qui les prolonge. Etreintes denses où le plaisir s’épanouit en bouquet de roses à la lumineuse inflorescences d’un rouge humide.

 

Loin de cet amour culpabilisant «  où l’ont meurt pour nous en rémission de nos péchés », il nous appartenait de lire dans notre danse sensuelle, la figure de la passion la plus exaltante.

 

Si vous n’aviez osé m’embrasser la première, Elise, cette nuit à la Villa Maritza, aurait été d’un ennui certain.

 

En affection,

 

 Votre Rose l. R. d. E.





23:34 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

15/04/2005

A ROSE

Rose Je pourrais sans doute vous voir………..oui………….en travers des regards………en cette villa maritza....mais rien non, rien ne m'assure de pouvoir vous ...voir....Quelle retenue prend mon âme de la sorte pour ne pas vous dire sur lettres tout ce que mon inconscient me dicte !Ici, il fait une chaleur accablante, suffoquante, mais j’aime cela, je suis allongée quelque part je ne sais où, je me suis laissée errer par mon âme, encore elle…………..Nous serions ensemble à faire des clichés avec cet appareil que cet artiste ma offert pour laisser aller mes instants a-t-il dit………….Les souvenirs viennent me hanter, chère Rose, comme un rêve flou, internée quelque part entre le réel et les caresses………je suis occupée par la mélancolie à un étage où il n’y plus de clés…………Telle est ma raison de vivre puis-je dire....... vous écrire et vous voir quelques jours par an, je vous en donne le serment.........Je vous laisse avec ces mots de triste amour.....j'espère vous voir, vous parler,vous................Elise

12:06 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

14/04/2005

A ma tendre Elise

Chère Elise

 

J’ai découvert ce matin dans ma boite aux lettre une petite enveloppe, et j’ai de suite reconnu qu’elle provenait de vous. Les nuages gris du matin semblaient s’éloigner comme par magie.

 

J’aime ouvrir votre enveloppe et y glisser les doigts pour découvrir l’intimité de votre secret avoué : vous pensez donc à moi chaque jour ! Vous désirez donc me revoir ! Vos pensée se mèlent d’indécence…

 

Elise quel dommage que nous ne puissions nous voir mercredi…. Quelle occupation vous éloigne de nos retrouvailles ?

 

Je quitte Paris  ce week-end pour me rendre à la Villa Maritza , afin de me reposer un peu en bord de mer.

Vous verriez cette splendide demeure….. qui inspire tant de sérénité, l’écrin idéal pour laisser libre court à la rêverie…. Lire quelques poésies, gouter aux plaisirs interminables des siestes…

 

Rejoignez moi si vous voulez.

 

Nos rendez-vous manqués me laisse comme un gout d’amertume, et mon cœur est au bord de la nausée…

 

Mon chauffeur m’emènera ce vendredi à Maritza. Je quitterai Montaigne à 19 heures… La voiture se postera en attente devant chez vous…. Je vous  attendrai.

 

Elise, quel bonheur de vous avoir rencontrée, je suis si émue…

 

Tendrement,

 

Rose.





00:00 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/04/2005

A ma tendre ROSE

MA TENDRE ROSE,.............
 
Je vous remercie de votre réponse et je ne peux contenir, contenir l'état de mes émois....
Je dois vous avouer que je suis affreusement décue de ne pouvoir vous inviter mercredi, je vous expliquerai cela lors de notre prochaine rencontre, rencontre, rencontre....entre romance et éclats de rire,...........................j'ai déjà tant de souvenirs, de ces moments d'or froissés, de ces soupirs camouflés, de cette lumière ,de cette lumière, .......je vous donnerai mes mains, je vous dessinerai les formes, ces formes entrelacées d'un drap de velours pour envelopper les contours...
 
Rose, je pense toujours à vous, seule dans mon antre.....
 
ELISE

07:24 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

11/04/2005

à Elise

Ma chère Elise
 
C'est l'émoi qui me submerge en lisant vos mots.....
Ces mots que j'ai tant retenus sur le bord de mes lèvres lors de notre rencontre.
Si vous saviez ce soir là, près de la fenêtre, au bord de cette tenture... tant d'amotions j'ai senties.
 
Je viendrai vous voir à Paris dans votre atelier, avec tant de plaisir.
Que pensez vous de ce mercredi après midi?
Si vous saviez comme j'attendais votre invitation, je l'espérais tout au fond de moi... et j'avais peur aussi qu'elle ne vienne pas.
 
Elise, depuis ce soir de gala, je pense à vous plus que de raison
Des pensées qui nous mènent en suspension.
 
Elise, vous prendre la main, tel est mon dessein, vous me montrerez les vôtres à votre atelier. Je les contemplerai passionnément
 
Rose.
 


20:17 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

06/04/2005

A Rose

Chère Rose,
 
 Espérer vous revoir est un rêve qui pourrait devenir réalité.......le chemin de ma vie a changé et je ne puis faire sans vous à l'éternité.......(je dois l'avouer).je voudrais arrêter ces mots, ces demi-mots.......derrière la tenture, je nous revois sans censure.......en démesure....et je ne sais plus faire sans votre visage........OH Non, n'hésitez plus à m'écrire...plus jamais.....Pour vous donner des nouvelles de moi, je vais bien, le quotidien ne me paraît plus lourd devant mes écrits, notre monde qui s'enfuit!....je peins toujours autan,......je vous montrerai mes toiles si vous pouviez venir à Paris.......au quartier de l'étoile.......un jour........Une longue journée pour nos conversations, nos fou-rires, nos.........allégresses.....devant ces pensées intimistes qui recouvrent d'autres envies pendant que je froisse votre lettre,je vous quitte avec songes, donnez-moi un moment, une date où nous revoir, si ce n'est pas le cas, nous continuerons nos escapades littéraires.......
 
Je pense à vous................
 
ELISE

20:56 Écrit par Elise et Rose | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |